TIME FOR OCEANS

Stéphane Le Diraison

Le Skipper

Stéphane Le Diraison - Skipper Time For Oceans

Stéphane Le Diraison

Amariné dès sa tendre enfance, le skipper s’est construit en prenant très jeune le large en solitaire. Dès ses 15 ans, il partait à bord d'un six mètres qu’il avait restauré lui-même vers les quatre coins de l’Europe (Portugal, Espagne, Angleterre…). Le jeune marin découvre alors le plaisir de la navigation solitaire et n'en démordra plus.
À 17 ans, le hasard lui donne comme voisins de ponton Alain Gautier et Jean Luc Van Den Heede, le vainqueur du Vendée Globe 1992-1993 et son dauphin. Dès lors, l’idée fixe de courir le Vendée Globe s’ancre dans l'esprit du jeune marin.

Mini 6.50, Class 40, c’est avec de beaux résultats qu’il trace son parcours dans le milieu, parallèlement à sa vie professionnelle.

Après plusieurs années passées à défendre les énergies marines renouvelables comme directeur de l'activité, chez Bureau Veritas, il décide d’abandonner sa casquette d’employé pour se consacrer à son rêve de Vendée Globe. Il prend le départ en 2016 avec l’IMOCA Compagnie Du Lit - Boulogne Billancourt, mais est contraint à l’abandon suite à son démâtage au large de l’Australie.

Engagé pour l'environnement et bien entraîné sur le circuit IMOCA, c’est avec Time For Oceans qu’il prépare son départ pour le Vendée Globe 2020, toujours soutenu par Boulogne-Billancourt et rejoins par 2 nouveaux partenaires, Suez et Bouygues Construction.

Vendée Globe 2020

En 2016, Stéphane Le Diraison prenait le départ de la 8e édition du Vendée Globe parmi les 29 participants. C’est la première participation du skipper, qui nous offre un très beau début de course à bord de son IMOCA Compagnie Du Lit - Boulogne-Billancourt.
Il démâte malheureusement au large de l’Australie à un tiers du parcours et c'est sans assistance qu’il rallie Melbourne sous gréement de fortune. Un accident malheureux dont il ne retient que le positif.

« En subissant cette avarie dans le Grand Sud, j’ai vécu l’extrême. Mais j’ai su faire face et me sortir de cette situation critique. Cette expérience très forte m’a permis de gagner en confiance et en sérénité, je ne suis plus le même homme. »

C’est encore plus motivé qu’il monte son nouveau projet Vendée Globe avec Time For Oceans, reliant son engagement pour les océans avec sa passion du large. Pour sa deuxième participation, le skipper a pris beaucoup de recul. C'est confiant et bien entraîné sur le circuit IMOCA qu'il se tient prêt à affronter de nouveau les mers du Sud avec l'envie d'en découdre.

« Tout était nouveau et je faisais figure de néophyte dans la classe. Là, je ne me prépare pas de la même façon »

Rendez vous le 8 novembre prochain pour le Vendée Globe 2020 !

Palmarès

  • 2019 : 20ème (29 inscrits) sur la Transat Jacques Vabre, en double avec François Guiffant sur l’IMOCA Time For Oceans en 16 jours, 1 heure et 16 minutes et 31 secondes
  • 2018 : 8e (20 inscrits) de la Route du Rhum - Destination Guadeloupe sur l’IMOCA Boulogne Billancourt en 15 jours, 2 heures, 30 minutes et 20 secondes ; 14e au classement général
  • 2014 : 4e (43 inscrits) de la Route du Rhum - Destination Guadeloupe en Class40, sur IXblue BRS en 17 jours, 8 heures, 21 minutes et 37 secondes ; 23e au classement général, 5e La Qualif’ Solidaire (Class40), 2e Armen Race (Class40)
  • 2013 : Vainqueur Grand Prix Guyader (Class40)
  • 2012 : 2e Transat solidaire du chocolat (Class40)
  • 2011 : Vainqueur Les Sables Horta (Class40), Vainqueur Trophée SNSM et record épreuve (Class40)
  • 2010 : Vainqueur Grand Prix Italie (Mini 6.50)
  • 2009 : 4e Transat 6.50 en prototype, Vainqueur Fastnet 6.50, Vainqueur Trophée MAP (Mini 6.50), Vainqueur Chrono 6.50
  • 2008 : Vainqueur Select 6.50
  • 2007 : 2e Transat 6.50 en série
  • Engagement

    Les préoccupations environnementales sont de longue date pour Stéphane Le Diraison. Alors qu’il faisait ses premiers pas dans la course au large, en mini 6.50 puis en Class 40, il occupait en parallèle un poste de responsable des Énergies Marines Renouvelables chez Bureau Veritas.

    C’est avec cette conscience aiguisée des problématiques environnementales qu’il quitte son emploi, afin de se consacrer tout entier à sa passion pour la voile de compétition. En 2017 c'est le déclic; le skipper décide de miser sur les grandes courses océaniques afin de mobiliser un maximum d'acteurs du changement et crée Time For Oceans : l’aboutissement entre sa passion de la mer et sa volonté de la défendre.

    « J’ai été sensibilisé très jeune à ces causes et en tant que navigateur, je suis directement témoin d’un certain nombre d’évolutions sensibles liées à la pollution des océans.
    Les marins qui font le tour de la planète sont des ambassadeurs crédibles. Cela donne envie de témoigner, de sensibiliser, d’apporter sa petite pierre à l’édifice dans ces démarches globales. »

    En sensibilisant les jeunes générations, en collaborant avec les associations, en accompagnant les entreprises dans leur transition écologique et en minimisant son impact environnemental à terre comme en mer, le skipper met en oeuvre une démarche globale, entière et engagée afin que la recherche de performance intègre le paramètre environnemental.